11/03/2007

Critique... incendiaire.

Parce que j'ai aussi le droit de ne pas aimer certains films et de le dire. Parce que je fais beaucoup d'éloges, mais pas tout le temps. Parce que s'il y a des films à voir, il y a aussi ceux dont on pourrait malheureusement se passer.

Certes, je ne m'attendais pas à quoique ce soit d'extraordinaire quand j'ai accepté d'emmener ma petite soeur voir Ghost Rider. Mais bon, ça permet de passer le temps, de s'amuser un peu... et j'avais envie d'aller au ciné de toute façon. Me faut ma dose de grand écran.

Rapé... alors, allons-y dans l'ordre :

Déjà, le scénario. J'aurais presque préféré qu'il n'y en ait pas. Oui, c'est bizarre ce que je dis. Mais il y en avait un, ou un semblant, prévisible (mais il y a des films sympas et prévisibles pourtant). Des personnages fades, même le méchant (pourtant mignon, seul intérêt du film peut-être), pas exploités jusqu'au bout... une pseudo-minie-tentative de pseudo-hommage aux westerns avec un cowboy qui s'éloigne sur fond de soleil levant (oui d'habitude c'est couchant mais bon), mais pas abouti.

Réalisation très, très moyenne. En fait, c'est juste sans intérêt. Beaucoup d'effets spéciaux tue les effets spéciaux. Un plan intéressant : Mephisto cause au héros jeune, il fait nuit, il passe devant une espèce de toile quelque chose comme ça sur le mur, il y a un éclair, et son ombre est une silhouette effrayante, toute rabougrie, ratatinée sur elle-même. Et ça, ça vaut bien mieux que toutes les pseudos-têtes de monstres qu'on peut entre-apercevoir. Mais hélas on ne réitère pas l'expérience...

Exemple de dialogue extrêmement construits :

RIDER (tête en flamme et compagnie, montre du doigt un petit malfaiteur qui aurait bien mieux fait de rester chez lui) : Toi, coupable.

Il y a quelques changements parfois : "Toi, innocent", ou "retourne en enfer" quand il s'adresse au grand méchant.

Je pensais que le niveau remonterait avec les cascades, combats et compagnie, mais non. Je m'ENNUIE !

Et je ne parle même pas des scènes romantiques... ah, si, autre scène intéressante : la fille se saoûle parce qu'il n'est pas venue la voir et demande au serveur "Est-ce que vous me trouvez belle ?", et là le serveur fait une grimace. Et voilà, vous avez les deux scènes intéressantes de tout le film, celle-là et l'ombre de Mephisto. Le reste du temps, on enchaîne les clichés (la blonde qui se planque mais se fait avoir quand même, les méchants qui oh comme ils sont fort et oh mince ça y est ils se sont fait tuer...)

Des fois, ça en devient même carrément ridicule. Bref, pour résumer, c'était pathétique, et je n'ai même pas passé un moment sympa... pour voir des démons, mieux vaut regarder Constantine ; pour voir Nicolas Cage, mieux vaut regarder Birdy.

17:27 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.