22/12/2007

Golden Globes 2007 : Palmarès Mélie

Parce que ce n'est pas parce que je n'ai pas écrit depuis six mois que je vais briser la tradition... voici les tant attendus (aha) Golden Globes de Mélie ! Le principe demeure toujours le même : je m'empare des nominations fraîchement annoncées et je les commente, quand je peux...

 C'est partiii !!

 

LoveActually-photo_06_hires


(N.B. : j'ai essayé de remplacer les titres français par les originaux lorsque je les connaissais...)

Meilleur film dramatique
American Gangster
Eastern Promises

Michael Clayton
No Country for Old Men
Atonement
The Great Debaters
There Will Be Blood
 
Mmh, choix difficile, d'autant plus difficile que je n'en ai vu qu'un (American Gangster), que j'ai adoré, mais qu'on m'a dit beaucoup de bien d'Eastern Promises. Quant aux autres... vu le nombre de nominations qu'il réunit, Atonement m'a l'air d'avoir ses chances... on verra bien...


Meilleure actrice dans un drame
Jodie Foster (A vif)
Cate Blanchett (Elizabeth : The Golden Age)
Julie Christie (Loin d'elle)
Keira Knightley (Atonement)
Angelina Jolie (Un coeur invaincu)
 
 Je n'ai pas vu Elizabeth, mais j'en ai entendu beaucoup, beaucoup de bien. Néanmoins, je réserve une autre catégorie à Cate Blanchett, alors je vais ici faire confiance à Keira Knightley...

Meilleur acteur dans un drame
Denzel Washington (American Gangster)
Viggo Mortensen  (Les Promesses de l'ombre)
George Clooney (Michael Clayton)
James McAvoy (Atonement)
Daniel Day-Lewis (There Will Be Blood)
 
Choix tout à fait subjectif. Il faut savoir que j'adore ce jeune acteur cantonné pour l'instant à des rôles secondaires (le faune Tumnus dans Narnia, le frère de Paul Bettany dans Wimbledon, le médecin dans Last King of Scotland, où il était excellent mais dans l'ombre de Forrest Whitaker)... alors bien que Denzel Washington soit remarquable dans American Gangster et que Viggo Mortensen mérite une statuette depuis longtemps déjà, j'espère un peu de reconnaissane pour James McAvoy... quoique, s'il ne l'a pas maintenant, il l'aura très, très certainement plus tard !
 
18817995

Meilleure comédie ou comédie musicale
Across the Universe
Hairspray
Juno
La Guerre selon Charlie Wilson
Sweeney Todd
 
On m'a dit énormément de bien sur Across the Universe, et à mon avis un tel film mériterait une récompense. Mais bon, à côté de ça, il y a Tim Burton...

Meilleur acteur dans une comédie ou une comédie musicale
Philip Seymour Hoffman (La Famille Savage)
Tom Hanks (La Guerre selon Charlie Wilson)
Ryan Gosling (Lars and the Real Girl)
Johnny Depp (Sweeney Todd)
John C. Reilly (Walk Hard)
 
Parce que je craque rien que sur la bande annonce... à côté de ça, Ryan Gosling est un excellent acteur qui mériterait également un peu de reconnaissance...
 
Meilleure actrice dans une comédie ou une comédie musicale
Nicole Blonsky (Hairspray)
Amy Adams (Il était une fois)
Ellen Page (Juno)
Marion Cotillard (La Môme)
Helena Bonham Carter (Sweeney Todd)
 
Je pense que ça se passe de commentaires. Malgré mon amour pour Marion Cottillard depuis Un long dimanche de fiançailles, je pense qu'Helena Bonham Carter l'emporte... mais bon, je peux toujours me tromper...
 
Meilleure actrice dans un second rôle
Amy Ryan (Gone Baby Gone)
Cate Blanchett (I'm Not There)
Julia Roberts (La Guerre selon Charlie Wilson)
Tilda Swinton (Michael Clayton)
Saoirse Ronan (Atonement)
 
Voilà. Parce que même s'il y a Christian Bale et Heath Ledger, c'est avant tout pour elle que je veux voir ce film. Parce qu'elle est sublîme, tout simplement.

Meilleur acteur dans un second rôle
John Travolta (Hairspray)
Philip Seymour Hoffman (La Guerre selon Charlie Wilson)
Casey Affleck (The Assassination of Jesse James by the coward Robert Ford)
Tom Wilkinson (Michael Clayton)
Javier Bardem (No Country for Old Men)
 
 Un choix qui pourrait paraître subjectif, étant donné qu'il s'agit là encore d'un acteur dont je suis la carrière depuis plusieurs années. Mais cette fois j'ai vu le film et... wow. C'était le rôle qu'il lui fallait. Le rôle parfait pour révéler à un plus large public l'excellent acteur que Casey Affleck a toujours été. Maintenant, on ne l'appellera plus "le frère de Ben Affleck".
 
Meilleur réalisateur
Ridley Scott (American Gangster)
Julian Schnabel (Le Scaphandre et le papillon)
Ethan Coen, Joel Coen (No Country for Old Men)
Joe Wright (Atonement)
Tim Burton (Sweeney Todd)
 
Hey, mais c'est méchant, ça, comme question ! En même temps, Ridley Scott a été tellement souvent récompensé, les frères Coen itoo... vous me direz, Tim Burton, il n'a pas besoin de ça (et en fait, les autres non plus). Mais ce serait bien quand même.

Meilleur scénario
Juno (Diablo Cody)
La Guerre selon Charlie Wilson (Aaron Sorkin)
Le Scaphandre et le papillon (Ronald Harwood)
No Country for Old Men  (Ethan Coen ,Joel Coen)
Atonement (Christopher Hampton)
 
Trêve de plaisanteries, si je peux "faire confiance" à des acteurs ou à des réalisateurs, je ne peux pas juger un scénario sans avoir vu le film... on verra bien, donc ^^

Meilleure musique
En pleine nature (Michael Brook)
Grace is Gone (Clint Eastwood)
Les Cerfs-volants de Kaboul (Alberto Iglesias)
Les Promesses de l'ombre (Howard Shore)
Atonement (Dario Marianelli)
 
... oui, là, pour le coup, c'est totalement subjectif.

Meilleure chanson

En pleine nature (Eddie Vedder)
Grace is Gone (Carol Bayer Sager, Clint Eastwood)
Il était une fois (Alan Menken, Stephen Schwartz)
L'Amour aux temps du choléra (Shakira, Antonio Pinto)
 
Bis.
 
Meilleur film d'animation
Bee movie - drôle d'abeille
Les Simpson - le film
Ratatouille
 
D'accord, d'accord, je n'ai pas vu les deux autres... mais bon, quand même, c'était tellement bien !

Meilleur film en langue étrangère
4 mois, 3 semaines, 2 jours
Le Scaphandre et le papillon
Les Cerfs-volants de Kaboul
Lust, Caution
Persepolis
 
Je ne l'ai pas vu, mais je le regrette. Et à mon avis, il a toutes ses chances.
 
bornfree497zw3

Meilleure série dramatique
Big Love
Damages
House, M.D.
Grey's Anatomy
Mad Men
The Tudors
 
Même si, à mon avis, The Tudors a ses chances...

Meilleur acteur dans une série dramatique

Bill Paxton (Big Love)
Michael C. Hall (Dexter)
Hugh Laurie (House, M.D.)
Jon Hamm (Mad Men)
Jonathan Rhys-Meyers (The Tudors)
 
Oui, je sais, Hugh Laurie, Hugh Laurie... mais bon, Dexter était extrêmement bien joué aussi. Bon, et si je voulais continuer dans les acteurs un peu secondaires (un peu seulement) que je suis depuis longtemps, j'aurais voté Jonathan Rhys-Meyers. Mais bon, Michael C. Hall quand même.

Meilleure actrice dans une série dramatique
Sally Field (Brothers & Sisters)
Glenn Close (Damages)
Edie Falco (Les Soprano)
Patricia Arquette (Médium)
Holly Hunter (Saving Grace)
Kyra Sedgwick (The Closer : L.A. Enquêtes prioritaires)
Minnie Driver (The Riches)
 
De tout ça, je n'ai vu que Médium. Mais y a tellement de beaux noms... Holly Hunter, Glenn Close... je ne peux rationnellement pas choisir !
 
73413369



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et je m'arrête là, le reste concernant des mini-séries auxquelles je ne connais rien ! Déjà que j'ai peut-ête un peu trop spéculé pour certaines catégories...

 

Bon, eh  bien on se retrouve bientôt pour la même opération, concernant cette fois les Oscars, et puis peut-être que pour une fois je ferai un commentaires des cérémonies ^^

 En attendant,

 

 

JOYEUSES FÊTES TOUT LE MONDE !! 

13:28 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinema, series tv |  Facebook |

05/07/2007

Black Snake Moan

Pour ma part, j'ai bien profité de la Fête du Cinéma : un film par jour. Le dimanche, Ocean's Thirteen, très bonne suite et fin des aventures de nos braqueurs préférés. Le lundi, Shrek 3, sympa malgré une fin gnangnan et quelques longueurs.

Le mardi soir, Black Snake Moan, avec Samuel L. Jackson dans un de ses meilleurs rôles et une actrice sur laquelle je craque complètement, Christina Ricci.

J'avais bien envie de le voir, ce film, malgré un sujet à première vue plutôt trash (l'histoire est présentée comme étant celle d'une nymphomane attachée à une baignoire...) et une fin que certains disent moraliste (à tort, d'après moi). Et pour une place à 2€, je pouvais me le permettre, quelque soit le résultat.

18737029_w434_h289_q80

Black Snake Moan, c'est du blues tout du long. Du blues dans la bande-son, magnifique, mais l'histoire elle-même tourne autour du blues, comme nous l'annonce d'emblée l'introduction d'un bluesman, Son House.

Pour moi, la surprise, en plus du fait que le film va bien au-delà que ce que j'imaginais, a été Justin Timberlake. Je suis loin d'être une fan de lui en tant que chanteur, et j'ai découvert qu'en tant qu'acteur il s'en sort pas mal, pas mal du tout même. Il ne crève pas l'écran autant que Christina Ricci (sublîme Rae tentant vainement de combattre ses démons intérieurs) ou Samuel L. Jackson (Lazarus lui-même habité par la colère et qui va prendre sous son aile la petite... malgré elle), mais est étonnant dans le rôle du petit ami de Rae, désemparé et en proie lui aussi à de nombreux troubles.

Les scènes entre Christina Ricci et Justin Timberlake sont poignantes, au fur et à mesure qu'on réalise à quel point ils se sont nécessaires l'un à l'autre. Et celles entre Rae et Lazarus, loin d'être trash, nous captivent et nous entraînent, notamment la fameuse séquence du Black Snake Moan, Samuel L. Jackson jouant de la guitare et chantant la plus belle chanson du film sous les yeux médusés de Christina Ricci.

Je ne peux donc que conseiller ce film superbe ; ne vous fiez pas aux images de promo provocatives à desssein, il s'agît bien d'une histoire sur le blues, et non pas d'un "film pour mec" ni d'une "fable moralisatrice".

14:32 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cinema |  Facebook |

10/06/2007

Tarantino rocks !!

18759782 BISJe suis fan de Tarantino depuis maintenant quatre ans. Kill Bill est sorti quand j'étais en 3ème, hélas interdit aux moins de 16 ans. En attendant, j'ai vu Pulp Fiction. Et je suis tombée amoureuse : de la réalisation, de la manière dont l'histoire était menée, dont les acteurs sont traités, de ces dialogues qui ne mènent à rien mais qui sont pourtant géniaux.

Kill Bill, Volume 2 a été interdit aux moins de 12 ans. Un samedi après-midi, j'ai regardé le Volume 1 en DVD, pour aller voir le 2 au cinéma le dimanche matin. Et, là encore, j'ai adoré. J'ai également découvert un acteur que j'adore : Michael Madsen, que je n'allais pas tarder à recroiser...

Entre temps, ou après, je ne sais plus, je vois True Romance, film de Tony Scott d'après un scénario de Quentin Tarantino, avec Christian Slater et Patricia Arquette, une véritable romance en effet, et le scénario est très bien mené. Et avec tellement de bons acteurs !!

Je désespère de voir Reservoir Dogs, à ce moment là introuvable. Jusqu'à ce que. Un été, avec des amies, je vois ce qui est à présent un de mes films préférés toutes catégories confondues. Pour Michael Madsen, pour Tim Roth, pour Harvey Keitel. Pour la scène de torture. Pour la manière dont le film est monté, à la façon d'un puzzle. Pour l'histoire, pour les images. Pour les discussions presque banales. J'aime énormément de films, mais il y en a peu que j'aime autant. A quelques jours du bac, je prends des films, ces films qui me sont indispensables, pour les revoir pendant toute la semaine. Reservoir Dogs en fait partie : c'est le film de mercredi soir, en prévision du bac d'anglais.

Et tout ça pour en venir à Death Proof, ou Boulevard de la Mort en VF. Death Proof que j'hésitais à aller voir : probablement trop gore pour moi, au vu des films type Hostel que Tarantino semble particulièrement affectionner ces temps-ci. Jusqu'à ce que je voie le casting. Et après tout... manquer un Tarantino, ce serait un sacrilège, non ?

Alors j'y vais. Je prends le gilet de ma mère pour me cacher les yeux, au cas où. Je n'en ai eu besoin qu'une fois, lors de cette magnifique scène de carambolage où les membres volent.

Death Proof, c'est un casting de choc, plein de ces actrices de second rôle que j'affectionne particulièrement qui côtoient révélations telles Sydney Poitiers, fille de l'immense acteur du même nom.

C'est aussi une B.O. entraînante et à tous points de vue irréprochables, que je vais me dépêcher d'acheter : des musiques de films pour la plupart, ou de vieux titres tellement accrocheurs.

C'est surtout un hommage aux séries B sans aucun scénario, allant jusqu'à vieillir l'image (on passe même à un noir et blanc) et le son (qui parfois saute).

J'ai trouvé ce film génial. Certes, il risque de ne pas plaire à tout le monde et bien au contraire. Mais il plaira aux fans du maître Tarantino, ainsi qu'aux fans des séries B en question.

Vive Death Proof !!

18759776_w434_h289_q80

17:24 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

28/04/2007

Like Tears In The Rain

Encore un film qui me tardait de voir, et qui ne m'a pas déçu : Blade Runner, de Ridley Scott, sorti en 1982, avec Harrison Ford et Rutger Hauer.


Blade Runner, donc. Générique : la musique de Vangelis que je reconnais, j'ai plusieurs CD (ou plutôt ma mère les a, et je les lui ai empruntés de nombreuses fois). On nous explique la situation : il y a les humains, qui colonisent diverses planètes, et il y a les robots, les replicants. Les replicants, interdits depuis une rebellion, doivent être tué, ou plutôt, "retirés", par des hommes, les Blade Runners. Harrison Ford joue l'un d'entre eux, Deckard. Le film commence : Los Angeles, 2019. Suite de plans : des immeubles, des tours qui s'élèvent. Le tout dans la nuit. Tout le film se déroulera entièrement dans la nuit.


L'esthétique est impeccable : des couleurs superbes, des décors impressionants pour l'époque (certes, post-Star Wars, mais quand même). Quant à la mise en scène, extrêmement soignée, on ne peut rien lui reprocher. J'ai beau ne pas aimer tous ses films (Kingdom of Heaven m'a bien plu, certes, mais sans plus), je considère Ridley Scott comme un grand réalisateur. Je pourrais citer Gladiator, que j'ai adoré, mais je préfère m'en tenir aux Duellistes, certes moins connu, avec Harvey Keitel et Keith Carradine. J'y reviendrai.

L'interpretation, elle aussi, est de qualité. On retrouve, entre autres, une jeune Darryl Hannah. Sa coiffure ne la met pas en valeur au premier abord, mais bientôt on admire son jeu de poupée fragile mais meurtrière.
De même Harrison Ford est irréprochable, peu bavard, tout en regards.
storie02
Mais mon attention est entièrement happée par l'autre grande figure du film, Roy, j'ai nommé Rutger Hauer. "Un grand acteur, bien qu'il n'ait pas fait une carrière fulgurante" selon ma mère. Grand acteur, en effet. Dès ses premières apparitions, il fascine. Et il se sublîme dans les dernières scènes, les scènes de poursuite : félin, mais un félin blessé, dont toute la grandeur nous est finalement révélée.

Que dire, que dire de ces dernières scènes ? Et que dire de la fin ? (Je parle bien du director's cut, et non pas du happy end original.)

Eh bien en vérité, je ne trouve rien à dire. Si ce n'est qu'une fois de plus, j'éteins la télé, mais je suis encore dans le film. J'aime le cinéma surtout pour ces moments là.

23:46 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

15/04/2007

Stephen King : ... ?

J'ai lu mon premier Stephen King vers 11-12 ans. Il s'agissait de La Ligne Verte : je venais de voir le film, très, très bon, et ma mère avait acheté le livre, alors je l'ai lu après elle. J'ai adoré. Et j'adore toujours ce livre, bien que ne me considèrant pas comme une fan de son auteur.

Peu à peu, j'ai emprunté au C.D.I. de mon collège les livres dont j'avais lu et relu le résumé, dans des librairies par exemple, sans jamais oser les acheter et encore moins demander à ce qu'on me les achète : Carrie, Shining, Salem, Simetierre, Sac d'Os, Misery et Dolores Clairborne. C'était l'époque où je lisais les synopsis de films d'horreur dans le Télé Star, ainsi que ceux de X-Files, série qui passait trop tard et que j'étais trop jeune pour regarder (mais qui disait ça ? Ma mère, ou plutôt moi ?). J'avais envie de me faire un peu peur, le mystère me fascinait. (C'est ainsi que j'ai lu un synopsis qui m'avait fasciné, un film que je devrais voir quelques années plus tard et que je n'oublierai pas de sitôt : Seven...).


J'aimais, j'adorais. J'étais un peu déçue par Carrie pourtant, je m'attendais à autre chose... à quoi ? Bonne question. Shining me fit une peur bleue, mais j'adorais, et c'était justement ce que je cherchais. Je garde de Misery un souvenir horrifié, plus encore que de Simetierre. Quant à Dolores Clairborne, je le trouvais décidément très bien. Je voulais lire ça, mais il n'était pas au C.D.I., dans des cartons de ma mère, oui, mais elle ne le retrouva jamais. Ca dont ma mère me parlait, et qui, elle me garantissait, me donnerait des cauchemars. Heureusement, elle ne le retrouva pas.

Puis il y eu Christine. Christine, un des rares livres que je ne finis jamais. Au bout de 90 pages, je refermai le livre : je découvrais pour la première fois que Stephen King n'écrivait pas toujours "trop bien", qu'il pouvait aussi être "trop lent". (J'ai vu le film Christine, enfin une partie de ce film, il y a quelques jours, chez Babel, et c'est à lui qu'on doit cette critique, mais je reprendrai ça plus tard).

Je laissais donc les Stephen King de côté un moment. De toute façon, j'avais lu tous ceux du C.D.I., ou presque. Tous ceux qui m'intéressaient.

Puis, en 3ème (j'avais donc 13 ans), il y eût une soirée "films d'horreur" chez une amie. On regarda, entre autres, Dreamcatcher, tiré d'un roman de... Stephen King. J'adorai le film. La mère de mon amie m'offrit le livre, qu'elle avait en double, ainsi qu'un autre du même auteur, Le Talisman des Territoires, écrit en collaboration ave c Peter Straub. Et c'était reparti pour une de mes "périodes Stephen King". J'en recommandai à Noël, j'eu Rose Madder, que j'aimais bien aussi. Dreamcatcher était excellent, l'un de mes préférés, une très très bonne fin mais qu'aucun film n'aurait pu retraduire. Je ne garde pas grand souvenir du Talisman..., mais je sais que je l'aimais.

Cette fois, l'enthousiasme retomba tout seul, quand je n'eus plus de Stephen King à lire.

Un an plus tard, j'entrais en seconde, au lycée donc. J'allais au CDI (qui n'était pas encore pour moi le refuge qu'il devint un an plus tard), et je finis par emprunter La Part des Ténèbres. Le début m'effraya et me dégoûta, mais je continuais. Ce n'est pas un grand livre, mais il me valut quelques frissons. Troisième "période Stephen King". Ma mère m'offrit les deux tomes de Ca pour Noël. Dès que je le commençai, je traversai chaque matin la rue sombre qui m'amenait à l'arrêt de bus en sprint, effrayée. Je suis quelqu'un de très impressionable. Je n'osais plus me tenir près des bouches d'égoût. Ca est le livre qui m'a fait le plus peur depuis Shining.

Et tout s'acheva lorsque j'essayai de lire Insomnia. Là encore, un début trop, bien trop, lent me rebuta.

Depuis, je ne m'attaquais qu'à quelques nouvelles, je vis deux films également tirées d'oeuvres de Stephen King, Fenêtre Secrète, avec Johnny Depp et John Turturro, qui me déçut énormément, et l'année dernière Shawshank Redemption, un film à voir absolument avec Tim Robbins et un Morgan Freeman magistral. Je n'ai même pas lu Cellular.

Et, mardi dernier, je dormais chez Babel. Soirée film d'horreur, plus sympa qu'au collège je trouve. On commença avec Ring, puis Ring 2 (versions japonaises). Après cela, on se mit sur la télé, espèrant trouver quelque chose de sympa, histoire de se redonner du courage pour raccompagner Machan chez elle. Et là, ce que nous avons pris d'abord pour un film un peu naze avec des lycéens, mais l'un d'eux était choupi et un autre semblait le protéger, c'était drôle. Jusqu'à ce que nous réalisions quel était le film en question : Christine. Je ne le vis pas en entier, et d'ailleurs il était loin d'être excellent, mais cela suffit pour discuter Stephen King avec Babel. Et, après avoir raccompagné Machan, je me retrouvais à lui emprunter trois Stephen King, de ceux dont j'avais lu les résumés quand j'étais petite sans oser les acheter : Cujo, Charlie et Marche ou crève.

J'ai terminé Cujo hier. Ce n'est pas un de mes livres préférés, loin de là. Mais je commence à comprendre pourquoi Stephen King fascine tant : il est capable d'écrire de tout ; son style peut être parfois très bon ; et il est capable de faire peur et de nous accrocher à son livre, une fois passé le début très lent, trop lent parfois. Ecrire tout un livre dont l'action principale se concentre sur une mère et son fils coincés dans une voiture, et passionner tant de personnes avec ça, est loin d'être facile, et il faut le reconnaître.

Entre hier soir et ce matin, j'ai lu Marche ou crève. Et s'il y a un Stephen King à lire, un seul, je pense que ce doit être celui-là. Car encore une fois, l'écrivain nous captive, à partir de quoi ? De gens qui marchent. Qui marchent, et qui se font tuer. Tout un livre, 350 pages. Mais dès qu'on le commence, on ne peut plus le lâcher. Parce qu'on veut savoir ce qui va se passer. Au-delà de la critique des Etats-Unis (et qui sonne d'autant plus juste maintenant que nous copions leurs émissions de télé-réalité et que quelqu'un a dit que s'il pouvait faire de l'audience en montrant une personne se faisant tuer, il le filmerait), c'est bien cela qui nous passionne : l'envie de savoir la fin. Comme quand je lisais ces résumés, quand j'étais petite. Je voulais savoir ce qui se passerait ensuite.

Stephen King, ce n'est pas que cela. Quand on en a lu quelques uns, on remarque des constantes, notamment dans les personnages : la femme/mère aimante, qui parfois commet des erreurs, mais qui protège sa famille ; opposée à la mère égoïste, ou étouffante, folle même, celle de Carrie. Et leurs homologues masculins : l'époux/père aimant, parfois un peu volage, mais qui donnerait, donnera, sa vie pour sa famille ; et le mari maltraitant. L'enfant qui comprend tout avant tout le monde, l'enfant innocent, l'enfant martyr. Tout tourne beaucoup autour de la famille, chez Stephen King... du moins, c'est ce que j'en pense.

Malgré tout cela, je ne me considère pas comme une fan de Stephen King. J'aime bien, je lis ça par période, mais je ne le vois pas comme un de mes auteurs préférés. Je pense que c'est un personnage important pour son époque, un bon écrivain, avec ses recettes qui marchent, un cas intéressant, mais pas le meilleur. Le Maître de l'Horreur ? Peut-être, car il en a effrayé tant. Jack Nicholson dans Shining, la carosserie rouge de Christine, Annie Wilkes massacrant l'écrivain Paul Sheldon : autant de figures emblèmatiques qui marquèrent le public. Que me faudrait-il de plus, pourquoi cette réticence ? Je l'ignore. Je m'incline, parce que quand même, mais au fond, je ne me sens pas totalement convaincue.

Mauvaise foi ? Il en reste que si je lis Stephen King, ce n'est pas forcément pour lire Stephen King.

16:12 Écrit par M dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, cinema |  Facebook |

La Naissance d'un Mythe : James Dean dans East of Eden

Je m'étais promise de faire cette "critique", alors la voilà. Avec Midnight Express, j'ai commencé à prendre une habitude qui j'espère va durer : mon film du vendredi soir. C'est simple, le vendredi soir, je laisse la télé à mon grand-père, et je me regarde un DVD sur l'ordinateur portable, un grand film que je n'ai pas encore vu... entièrement en V.O. (et je suis d'ailleurs plutôt fière d'arriver à tout suivre sans les sous-titres).Ainsi, une semaine après Midnight Express, j'ai regardé East of Eden (A l'Est d'Eden en VF), réalisé par Elia Khazan, premier film dans lequel apparut James Dean.

James Dean, jeune acteur célèbre des années 50, célèbre non seulement pour son jeu, mais surtout pour sa fin : il ne tourna que trois grands rôles et mourut d'un accident de voiture un 30 septembre 1955 (d'accord j'avoue j'ai regardé pour la date exacte), âgé de seulement 24 ans.Les trois films en question sont East of Eden, Giant et La Fureur de Vivre (Rebel Without a Cause en VO). Je n'ai vu pour l'instant que le premier, mais j'ai tout de suite été hypnotisée par cette gueule d'ange au destin tragique.

La force de James Dean, c'est d'être à la fois son personnage, ici Cal Trask, et James Dean. Pur produit de l'acteur studio, il joue avec son corps, avec ses yeux, avec sa voix. Il EST Cal Trask. Mais à chaque seconde où il crève l'écran, on aperçoit également l'acteur lui-même, présence extraordinaire. Est-ce le fait de voir le film cinquante ans après, en connaissant le destin de l'interprète ? Peut-être, mais je n'en suis pas convaincue.


18429305

Le film en lui-même n'est pas sans intérêt, et ma décision de boycotter Elia Khazan autant que possible en prend un coup... certains plans sont très bien faits. Je pense en particulier à celui de l'affrontement entre Cal et sa mère, filmé de façon à ce qu'on ne voie que le reflet d'un miroir.

Ayant lu le livre, j'admets que l'adaptation n'en est pas trop mauvaise, si ce n'est qu'il manque toute la première partie. Mais adapter East of Eden de John Steinbeck ne pouvait, de toute façon, pas se faire totalement. Ou alors avec un film de trois heures. Et dans tous les cas, adapter un livre comme East of Eden ne serait plus possible maintenant : qui s'intéresserait à une histoire aussi belle et aussi humaine ?

En résumé, j'ai passé une heure et demie de pur bonheur, à regarder James Dean, rescuscité par mon ordinateur, courir, se recroqueviller, lancer des regards à faire fondre un iceberg... car, finalement, on ne finit par ne plus voir que lui.

15:26 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, cinema |  Facebook |

24/03/2007

Catch the Midnight Express

Bonjour bonjour !


Je pensais d'abord écrire sur le fabuleux Letters from Iwo Jima, que j'ai vu dimanche dernier et que je vais revoir ce soir, mais finalement je vais plutôt me pencher sur un tout autre film, j'ai nommé Midnight Express, d'Alan Parker.


L'histoire se déroule en Turquie, au début des années 70s. Le film commence avec des plans d'Istanbul. On voit un appartement, et un homme. Cet homme, William Hayes, va se faire arrêter par la police locale, et se retrouver en prison. Prison turque, bien évidemment. Pour lui, c'est un enfer qui commence...

sjff_01_img0323


"I'm Billy Hayes. Or at least I used to be." Cette réplique, William Hayes la prononce un peu plus tard, après sa première nuit en prison. Allez savoir pourquoi, elle m'a marqué. Tout comme une autre, prononcée un peu plus tard par l'acteur John Hurt : "Catch the Midnight Express". Le Midnight Express, je ne vous dirai pas ce que c'est, juste que ce n'est pas un train, quoique.

La réalisation est dérangeante pour ceux qui n'ont pas l'habitude de ces plans figés que j'affectionne particulièrement, ces longs silences où seul compte le jeu des acteurs. Bien sûr, il y a aussi de la musique, un thème principal que j'ai beaucoup aimé. Et surtout, des battements de coeurs, lors de deux scènes. Juste des battements de coeurs qui débouchent sur de la musique, pendant ces deux scènes qui semblent se faire écho, au début et à la fin du film.

Quant à l'interpretation, elle est irréprochable. En regardant de plus près le casting (le film date de 1978, je n'ai donc reconnu personne), je m'aperçois de la présence de John Hurt et Randy Quaid. L'acteur principal est Brad Davis, époustouflant, avec parfois quelques petits faux airs de George Eads (Nick dans CSI), mais peut-être que là c'est moi qui me fais des idées.
Belle interpretation, donc, pour de beaux personnages. Je ne peux que remarquer que les créateurs d'une série récente... Prison Break, pour ne pas la nommer... se sont largement inspirés de certains d'entre eux... le gardien sadique de Prison Break a même une petite ressemblance (quand on a mes yeux quoi) avec son double de Midnight Express.

Je suis ressortie de ce film comme je suis sortie d'Apocalypse Now : hypnotisée. Et effrayée. Je n'irai jamais en Turquie. Ma mère a pris la même décision quand elle a vu ce film, et je ne peux que la comprendre.

18:48 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

11/03/2007

Critique... incendiaire.

Parce que j'ai aussi le droit de ne pas aimer certains films et de le dire. Parce que je fais beaucoup d'éloges, mais pas tout le temps. Parce que s'il y a des films à voir, il y a aussi ceux dont on pourrait malheureusement se passer.

Certes, je ne m'attendais pas à quoique ce soit d'extraordinaire quand j'ai accepté d'emmener ma petite soeur voir Ghost Rider. Mais bon, ça permet de passer le temps, de s'amuser un peu... et j'avais envie d'aller au ciné de toute façon. Me faut ma dose de grand écran.

Rapé... alors, allons-y dans l'ordre :

Déjà, le scénario. J'aurais presque préféré qu'il n'y en ait pas. Oui, c'est bizarre ce que je dis. Mais il y en avait un, ou un semblant, prévisible (mais il y a des films sympas et prévisibles pourtant). Des personnages fades, même le méchant (pourtant mignon, seul intérêt du film peut-être), pas exploités jusqu'au bout... une pseudo-minie-tentative de pseudo-hommage aux westerns avec un cowboy qui s'éloigne sur fond de soleil levant (oui d'habitude c'est couchant mais bon), mais pas abouti.

Réalisation très, très moyenne. En fait, c'est juste sans intérêt. Beaucoup d'effets spéciaux tue les effets spéciaux. Un plan intéressant : Mephisto cause au héros jeune, il fait nuit, il passe devant une espèce de toile quelque chose comme ça sur le mur, il y a un éclair, et son ombre est une silhouette effrayante, toute rabougrie, ratatinée sur elle-même. Et ça, ça vaut bien mieux que toutes les pseudos-têtes de monstres qu'on peut entre-apercevoir. Mais hélas on ne réitère pas l'expérience...

Exemple de dialogue extrêmement construits :

RIDER (tête en flamme et compagnie, montre du doigt un petit malfaiteur qui aurait bien mieux fait de rester chez lui) : Toi, coupable.

Il y a quelques changements parfois : "Toi, innocent", ou "retourne en enfer" quand il s'adresse au grand méchant.

Je pensais que le niveau remonterait avec les cascades, combats et compagnie, mais non. Je m'ENNUIE !

Et je ne parle même pas des scènes romantiques... ah, si, autre scène intéressante : la fille se saoûle parce qu'il n'est pas venue la voir et demande au serveur "Est-ce que vous me trouvez belle ?", et là le serveur fait une grimace. Et voilà, vous avez les deux scènes intéressantes de tout le film, celle-là et l'ombre de Mephisto. Le reste du temps, on enchaîne les clichés (la blonde qui se planque mais se fait avoir quand même, les méchants qui oh comme ils sont fort et oh mince ça y est ils se sont fait tuer...)

Des fois, ça en devient même carrément ridicule. Bref, pour résumer, c'était pathétique, et je n'ai même pas passé un moment sympa... pour voir des démons, mieux vaut regarder Constantine ; pour voir Nicolas Cage, mieux vaut regarder Birdy.

17:27 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

03/03/2007

De Hong-Kong à Boston : Infernal Affairs et The Departed

J'avais tendance à me méfier des remakes, surtout des remakes réalisés par des américains. Comme disait ma prof d'histoire de 3ème, c'est "on prend un film étranger, on rajoute des explosions, et voilà".

J'avais tendance à me méfier de Scorcese, n'ayant vu que Gangs Of New York et The Aviator. Pas mauvais, mais pas excellents non plus.

J'avais tendance à me méfier du scénario. Je sentais le truc bâteau venir.


Quand ma mère m'a proposé de venir voir Les Infiltrés, akka The Departed, j'y suis vraiment allée à reculons. D'ailleurs, je n'y serais sans doute pas allée du tout si une erreur sur le site du cinéma ne m'avait pas fait croire que le film passait en VO. Mais j'y suis allée (maman, je t'aime). Total : je me suis retrouvée scotchée au film.


The Departed est en fait le remake d'un film Hong-Kongais, Infernal Affairs, que je n'avais pas vu à ce moment là, erreur fort heureusement corrigée depuis. Je vais donc faire une rapide "critique" des deux films... car il s'agît bien de deux films malgré tout très différents, et non pas d'un même film revisité.


18382535

Infernal Affairs

Idée de base : un flic infiltré chez les voyoux, un voyou infiltré chez les flics. Le spectateur sait qui est qui, mais il est bien le seul. Comme l'explique le commissaire au grand mafieux : "chacun de nous a dans sa poche une carte piégée. Le premier qui découvre laquelle de ses cartes est piégée gagne. Le perdant à ce jeu meurt."
Le film Hong-Kongais est très épuré et ne tourne qu'autour de cette histoire, il esquisse les portraits de chacun des infiltrés, mais on ne sait rien de plus que ce qui est nécessaire. Les deux protagonistes avancent dans leur enquête, et au fond chacun est le mirroir de l'autre, à tel point qu'à certains moments on les confond. L'interprétation est remarquable, et le scénario habilement mené. Quant aux images et à la réalisation, cela ne fait que confirmer ce que je pensais : le cinéma asiatique va aller très, très loin dans les prochaines années.
Signalons d'autre part que ce film est le premier d'une trilogie, dont je n'ai pas encore vu les autres volumes...



18466814

The Departed

Oscar du Meilleur Film. Oscar du Meilleur Réalisateur. Et surtout Oscar du Meilleur Scénario Adapté bien mérité.

On garde la même idée. On déplace la scène : Boston . On approfondit les personnages.
Le mafieux joué par Nicholson prend une toute autre dimension que celui du premier film. Le flic Matt Damon n'est plus le reflet du voyou Leonardo DiCaprio : chacun a sa psychologie propre. Pourtant, il demeure un lien.
On ajoute un personnage. Dignam, mon préféré, joué par Marc Wahlberg : en une seule phrase, ce flic prononce à lui tout seul plus de jurons qu'on peut en entendre dans un film de Tarantino. Il a d'ailleurs été nominé aux Oscars pour le Meilleur Second Rôle, qu'il n'a pas eu, mais au fond, ce n'est pas l'important.
Comment qualifier ce film ? En deux mots : "ça claque". Et BAM. Claque dans la tête du spectateur, claque d'un côté ou de l'autre (comme dans Infernal Affairs, on n'est "pour" personne, on observe qui va s'en sortir sans préférence, et ça, c'est plutôt fort, non ?). BAM dit la fin, aussi surprenante que celle du film hong-kongais bien que menée différemment. Bien que la fin, les derniers instants, soient un peu différents : là, oui, on dénonce l'américanisation, ceux qui verront les deux films comprendront de quoi je parle, mais même, on aime, parce que... parce que voilà, on aime.
En tout cas, moi j'aime.

Des fois, c'est bon d'avoir des à-prioris, pour mieux se les faire démonter.

16:02 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

26/02/2007

Academy Awards 2007

oscars01


Bonjour, bonjour tout le monde... je suis réveillée depuis à peine une heure, et cela uniquement parce que j'avais faim, ce qui signifie que je suis encore fatiguée, donc désolée pour les fautes de frappe et compagnie...


Hier soir, j'ai regardé la tant attendue nuit des Oscars... en direct. Eh oui, ce n'est qu'une fois par an, et quand ça tombe pendant les vacances, je ne me prive pas ! Un peu de thé dans les veines, une bonne couverture, mes chats autour : c'est parti pour une soirée cinéma !!

2h20 du matin. Le petit Bond me réveille en s'attaquant à mes pieds. Je prépare le thé, j'allume la télé, j'ai le temps de voir les interviews de ma chère Cate Blanchett et de ce cher Mark Wahlberg, ainsi que quelques autres sans doute, mais je n'ai pas retenu.

2h30, la cérémonie commence. Cette année, pas de film introductif ! Grande surprise ! A la place, on filme les nominés, tous les nominés, on les fait parler, on les fait rire, ils nous font rire. Enfin, Ellen DeGeneres arrive sur la scène du Kodak Theater et nous sert un discours bien sympa bie n que moins provocateur que ce qu'on attendait.

Que la 79ème cérémonie des Oscars commence !! Sous mes yeux émerveillés et même plus endormis, je vois défiler mes acteurs préférés, venus pour remettre ou recevoir les précieuses statuettes : Daniel Craig et Nicole Kidman, James MacAvoy (formidable dans The Last King of Scotland) et Eva Green, Tobey MacGuire et Kirsten Dunst, Steve Carrell et Greg Kinnear... dans la salle, Mark Wahlberg (qui n'aura pas l'oscar), Leonardo DiCaprio (non plus... je ne suis pas sa plus grande fan, mais je trouve que plus il vieillit, plus il prend des rôles intéressants, et il est très engagé... enfin de toute façon je ne voulais pas trop qu'il l'ait pour ce film que je n'ai que moyennement aimé), Forrest Whitaker, sacré meilleur acteur pour The Last King of Scotland, Merryl Streep, Helen Mirren, meilleure actrice pour The Queen...

Moments d'anthologie :
- une chanson par le trio Will Ferrell-Jack Black-John C. Reilly, "a comedian at the oscars".........
- Ellen DeGeneres refilant un script à Scorcese
- Spielberg prenant une photo d'Ellen avec Eastwood
- tous les montages vidéos célébrant par exemple "les écrivains dans le cinéma" ou encore "l'Amérique au cinéma"...
- Steven Spielberg, Francis Ford Coppola et George Lucas remettant l'Oscar du Meilleur Réalisateur à Scorcese
- les standing ovations pour Al Gore, qui manque d'annoncer sa candidature... ?
- Ellen DeGeneres passant l'aspirateur dans la salle
- Clint Eastwood remettant l'Oscar d'Honneur à Ennio Moriconne, qui fait son discours en italien... couac ! Heureusement, Clint est là pour traduire !

Seul gros point noir : les français. Bon sang de Français. Je le dis tout de suite : je ne soutenais pas Indigènes mais plutôt La Vie des Autres, le film allemand, et c'est La Vie des Autres qui a gagné. D'où Jamel qui a fait la gueule pendant une heure et demie... et ne s'est pas privé pour les commentaires à la con. Et quand on oublie de leur couper leur micro pendant les présentations, ça devient vite énervant... pitié, ne les invitez plus ! Et je n'ose même pas me demander ce que ça aurait été s'ils avaient gagné...

Enfin, j'ai passé un excellent moment, et à 6h30 du matin je n'avais aucune envie d'aller me coucher ! Je me serais plutôt regardé un grand film, si j'en avais trouvé un qui ne dure pas trop longtemps...

A l'année prochaine, Hollywood !

14:57 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

22/02/2007

This Is Not An Exit déménage provisoirement

A la suite de quelques ennuis avec freazer (qui bugge à mort), j'ai dû déménager provisoirement mon portail... c'est moins bien, il manque pas mal de page que j'ai eu la flemme de refaire entièrement, mais j'ai quand même ajouté les dernières updates...

Si quelqu'un connait un hébergement gratuit sans pub et qui fonctionne avec FTP... merci beaucoup *o*

http://dissapearhere.googlepages.com/

12:33 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : this is not an exit |  Facebook |

17/02/2007

Bac Blanc : résumé

18661649Allez voir ici :

http://gribouille.livejournal.com/27269.html#cutid1

14:41 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lycee, news |  Facebook |

15/02/2007

Vous en connaissez beaucoup...

- des profs de philos qui mettent la suite de leur cours sur le net et ajoutent un lien vers un clip YouTube ? Le mien le fait.- des gens qui finissent très vite leurs épreuves du bac blanc ? Je le fais.- Des amoureux des personnages secondaires lunetteux qui se font martyriser ? Je le suis.

16:19 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, lycee |  Facebook |

10/02/2007

Puuuh.

18455876

Le coffret de la Saison 2 des Experts : Manhattan ne sort qu'en avril, beuuuuuh... *juste pour râler*

20:39 Écrit par M dans Obsessions du moment | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, series tv |  Facebook |

Les Oscars selon Mélie (2007)

Petite pause au milieu de révisions...

Meilleur film de l’année :
BABEL
LES INFILTRES
LETTRES D'IWO JIMA
LITTLE MISS SUNSHINE
THE QUEEN


Meilleur acteur dans un 1er rôle :
Leonardo DiCaprio (BLOOD DIAMOND)
Ryan Gosling(HALF NELSON)
Peter O'Toole (VENUS)
Will Smith (LA POURSUITE DU BONHEUR)
Forest Whitaker (LE DERNIER ROI D'ECOSSE)


Meilleur actrice dans un 1er rôle :
Penélope Cruz (VOLVER)
Judi Dench (CHRONIQUE D'UN SCANDALE)
Helen Mirren (THE QUEEN)
Meryl Streep (LE DIABLE S'HABILLE EN PRADA)
Kate Winslet (LITTLE CHILDREN)


Meilleur acteur dans un 2d rôle :
Alan Arkin (LITTLE MISS SUNSHINE)
Jackie Earle Haley (LITTLE CHILDREN)
Djimon Hounsou (BLOOD DIAMOND)
Eddie Murphy (DREAMGIRLS)
Mark WAHLBERG (LES INFILTRES)


Meilleur actrice dans un 2d rôle :
Adriana Barraza (BABEL)
Cate Blanchett (CHRONIQUE D'UN SCANDALE)
Abigail Breslin (LITTLE MISS SUNSHINE)
Jennifer Hudson (DREAMGIRLS)
Rinko Kikuchi (BABEL)


Meilleure réalisation :
Clint Eastwood (LETTRES D'IWO JIMA)
Stephen Frears (THE QUEEN)
Paul Greengrass (VOL 93)
Alejandro Gonzalez Inarritu (BAEL)
Martin Scorsese (LES INFILTRES)


Meilleur scénario original :
BABEL
LETTRES D'IWO JIMA
LITTLE MISS SUNSHINE

LE LABYRINTHE DE PAN
THE QUEEN


Meilleur scénario adapté :
BORAT
LES FILS DE L'HOMME
LES INFILTRES
LITTLE CHILDREN
CHRONIQUE D'UN SCANDALE


Meilleur photographie :
LE DAHLIA NOIR
LES FILS DE L'HOMME
THE ILLUSIONIST
LE LABYRINTHE DE PAN
LE PRESTIGE


Meilleur montage :
BABEL
BLOOD DIAMOND
LES FILS DE L'HOMME
LES INFILTRES
VOL 93


Meilleure direction artistique :
DREAMGIRLS
THE GOOD SHEPERD
LE LABYRINTHE DE PAN
PIRATES DES CARRAIBES, LE SECRET DU COFFRE MAUDIT
LE PRESTIGE


Meilleurs costumes :
LA CITE INTERDITE
LE DIABLE S'HABILLE EN PRADA
DREAMGIRLS
MARIE-ANTOINETTE
THE QUEEN


Meilleure musique originale :
BABEL
THE GOOD GERMAN
CHRONIQUE D'UN SCANDALE
LE LABYRINTHE DE PAN
THE QUEEN


Meilleur maquillage :
APOCALYPTO
CLICK
LE LABYRINTHE DE PAN


Meilleur son :
APOCALYPTO
BLOOD DIAMOND
DREAMGIRLS
MEMOIRES DE NOS PERES
PIRATES DES CARRAIBES, LE SECRET DU COFFRE MAUDIT


Meilleur montage son :
APOCALYPTO
BLOOD DIAMOND
MEMOIRES DE NOS PERES
LETTRES D'IWO JIMA
PIRATES DES CARRAIBES, LE SECRET DU COFFRE MAUDIT


Meilleurs effets spéciaux :
PIRATES DES CARRAIBES, LE SECRET DU COFFRE MAUDIT

POSEIDON
SUPERMAN RETURNS


Meilleur film étranger :
AFTER THE WEDDING (Danemark)
INDIGENES (France)
LA VIE DES AUTRES (Allemagne)
LE LABYRINTHE DE PAN (Mexique)
WATER (Canada)


Meilleur film documentaire :
DELIVER US FROM EVIL
UNE VERITE QUI DERANGE
IRAQ IN FRAGMENTS
JESUS CAMP
MY COUNTRY MY COUNTRY


Et voilà pour cette année !!! ^w^

15:39 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinema |  Facebook |

28/01/2007

CSI

Il est temps de parler de ma dernière passion : CSI, ou, en français Les Experts.


Comme vous le savez sans doute déjà, il existe trois différentes séries : l'originale, CSI, et deux dérivées, CSI : Miami (Les Experts : Miami) et CSI : NY (Les Experts : Manhattan). Commençons donc par l'originale.

CSI : Crime Scene Investigation

18420560

Créée en 2000, la série rencontre rapidement un immense succès. Where : Las Vegas. Who : une équipe de scientifiques dirigés par l'entomologiste Gil Grissom (mon préféré parmi les leaders des trois séries). What : ils résolvent les crimes. How : A l'aide de la science. Analyses ADN, relevé d'empruntes, étude de tout ce qu'ils trouvent sur la scène de crime, de la voiture abandonnée au moindre cheveu.
Une des forces de la série, selon moi, réside dans ses personnages, tous très différents. Un scientifique extrêmement cultivé, une ancienne strip-teaseuse au caractère assez fort, un ancien accro au jeu, sans oublier le bo gosse pas si con que ça et la jeune femme traumatisée, le médecin légiste à l'humour noir et le flic pur et dur qui au début ne s'entend avec personne. Et tout ça va évoluer. Un personnage d'abord secondaire, employé au labo, finira par rejoindre les autres sur le terrain (il est trop fort). La dernière saison en date se termine avec une pseudo-révélation (qu'on espèrait depuis longtemps) sur deux des personnages principaux. Et il y a aussi les autres, les secondaires, notamment Hodges, employé au labo cynique avec un amour-propre démesuré.
Lors de la dernière saison, les réalisateurs ont innové. Les deux derniers épisodes de la 5e saison avaient ouvert la voie, dirigés par Tarantino. Lors de la 6e, on découvre entre autres un épisode en split-screen (d'un côté un jet-setteur si je me souviens bien, de l'autre un immigré clandestin), un épisode un peu sur le modèle de Pulp Fiction dans lequel on a trois histoires différentes, chacune vue par une des équipes, un inoubliable meurtre lors d'un mariage qui donne l'occasion à chacun des personnages d'exprimer son avis sur le sujet(Grissom ne voit que les insectes, Sarah est sceptique, Nick drague, Greg se prend pour Chandler...)...


CSI : Miami

18433865

En 2002, face au succès de CSI, Anthony Zuiker crée un spin-off, une série dérivée, Les experts : Miami. Le principe est le même, mais le cadre et les personnages changent, de même que les couleurs et deux trois autres petites choses...
Miami. Les plages, les belles résidences, les filles refaites : couleurs chaudes, musique de circonstance. A Miami, c'est Horatio Caine, inspecteur de police, qui dirige l'équipe d'experts. Des trois séries, c'est celle que j'aime le moins, notamment à cause d'Horatio, trop lisse, et sa voix en VF est absolument infâme. Mais CSI : Miami présente beaucoup d'intérêts. La série s'axe beaucoup plus que l'originale sur les histoires de ses personnages. Malheureusement, comme TF1 semble avoir décidé de ne jamais diffuser les épisodes dans l'ordre, on y perd beaucoup : un personnage disparaît, réapparait, on apprend qu'il est mort, et on ne voit enfin sa mort que dans les dernières diffusions, ça a de quoi troubler. Néanmoins, ça demeure une série intéressante que je suis avec beaucoup d'intérêt... quand il n'y a rien de plus important à la télé.

CSI : NY

main2b

Ma préférée. De loin. Créée en 2004, avec à la barre le lieutenant Mac Taylor, interprété par Gary Sinise (joue dans Forrest Gump). Mac Taylor est un ancien marine, mais à la différence d'Horatio Caine, il a des connaissances scientifiques et passe pas mal de temps au labo. Et il a du charme. Vraiment. Beaucoup de charme.
Et ce n'est pas tout. CSi : NY est de loin la plus sombre des trois séries, autant dans les histoires que dans les images. Et ce dès le tout premier épisode, dans lequel un tueur en série rôde...
Autour de Taylor, une équipe de choc : la belle Stella (encore mieux quand elle s'énerve, et elle n'hésite pas à remettre Taylor à sa place), mon choupi martyr Danny, l'excellent Sheldon Hawkes, d'abord médecin légiste puis enquêteur sur le terrain, ainsi qu'Haiden, qui a son caractère, mais que j'aime bien quand même, sans oublier Don, le policier sympa.
Je suis complètement fana de cette série. Y a un plus dans l'ambiance, je ne sais pas, mais voilà.


Et on va terminer avec une photo de mon choupinounet Danny de moi, juste pour le plaisir :

18455885

11:58 Écrit par M dans Séries TV | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : series tv |  Facebook |

21/01/2007

Tiens, test...

choupi time 02

phrases du moment : "Nyuk", "Piou" et autres variations dans le genre.

Couple du moment : L x Light, Mellow x Near (Death Note)

Groupes de musique du moment : Pulp, The Divine Comedy, The Long Blondes, The Automatics...

Chanteurs du moment : Jarvis Cocker.

Chansons du moment : "Shoot The Runner", Kasabian ; "Dirty World", Pulp

Acteurs du moment : Kevin Bacon, Kathlyn Morris (Lily Rush dans Cold Case), Edward Norton

Manga du moment : Death Note

Films du moment : Metropolis de Fritz Lang, Usual Suspects de Brian Singer

Séries du moment : Cold Case, Boomtown, NCIS, CSI : Manhattan, 24.

Film à voir (2)

18674095

L'Illusioniste

Avec :
Edward Norton, Paul Giamatti, Jessica Biel, Rufus Sewell...


Tout n'est qu'illusion. Illusion de pouvoir. Illusion de prestige. Illusion de sécurité. L'illusioniste lui-même n'est qu'illusion. Edward Norton est un magnifique et intriguant Eisenheim, magicien extrêmement doué. Et peu importe de ne pas savoir si son talent repose ou non sur des trucages : Eisenheim a un don, celui de nous ensorceler.


Le scénario, s'il paraît prévisible, ne l'est pas tant que ça. On peut voir le film sous deux angles : l'angle "normal", suivre l'histoire. Ou on peut le voir en réflechissant. Mais on ne réfléchira pas autant qu'à la sortie du film, une fois le rideau retombé (et comment !). Chaque personnage est à la fois illusionniste et marionette. Même Paul Giamatti, chef de la police et magicien amateur à ses heures perdues. Son coup de force, son tour de magie à lui, il ne le réussit que pour se rendre compte qu'il a été manipulé également.


Mais j'en ai déjà dit trop sûrement...

14:37 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

07/01/2007

Film à voir

The Hollyday de Nancy Meyers
Avec Kate Winslet, Cameron Diaz, Jude Law, Jack Black et Eli Wallach (Le Bon, la Brute et le Truand), plus quelques petits seconds rôles bien croustillands.


Je conseille ce film à ceux qui ont envie d'aller au cinéma voir une comédie romantique comme on les aime réalisée par un maître en la matière (Ce que veulent les femmes, Quand Harry rencontre Sally, Vous avez un mess@ge), avec un casting de choupis (Jack Black et Jude Law ont de ces regards... on a envie de leur sauter dans les bras !!) et de belles actrices, et tout ça est tellement bien joué... on rit beaucoup en tout cas, on a envie de pleurer un peu parfois parce que c'est beau tout ça, on reconnaît deux trois petits trucs de la vie amoureuse même quand on n'a pas beaucoup d'expérience en la matière... bref, un bon moment de bonheur.


Dans les bandes annonces intéressantes, je note : L'Illusioniste (qu'on m'avait déjà conseillé).

Oh et à la base je devais voir The Fountain, mais... mort au Pathé qui ne l'a affiché qu'une semaine. UNE SEULE SEMAINE POUR UN FILM PAR LE REALISATEUR DE REQUIEM FOR A DREAM. UNE SEULE SEMAINE POUR UN FILM AVEC RACHEL WEISZ ET HUGH JACKMAN. FUCK.

... hum.

14:30 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

03/01/2007

Golden Meliz

Best Motion Picture - Drama

Babel
Bobby
The Departed
Little Children
The Queen

J'ai adoré ce film, n'étant pourtant pas une fan de Scorcese à la base. Mais je pense cependant que The Queen ou Babel ont un peu plus de chances de le remporter, même si je ne les ai pas vus.


Best Performance by an Actress in a Motion Picture - Drama

Penélope Cruz – Volver
Judi Dench – Notes On A Scandal
Maggie Gyllenhaal – Sherrybaby
Helen Mirren – The Queen
Kate Winslet – Little Children

Helen Mirren a à mon avis toutes les chances de remporter ce Golden Globe... sauf si... sauf si Maggie Gyllenhaal, quoi.

Best Performance by an Actor in a Motion Picture - Drama

Leonardo DiCaprio – Blood Diamond
Leonardo DiCaprio – The Departed
Peter O'Toole – Venus
Will Smith – The Pursuit Of Happyness
Forest Whitaker – The Last King Of Scotland

The Departed m'a bien réconciliée avec DiCaprio, mais je pense que Will Smith mérite aussi ce Golden Globe... Groucho Marx disait bien que les meilleurs comiques font les meilleurs tragiques.

Best Motion Picture - Musical Or Comedy

Borat: Cultural Learnings Of America For Make Benefit Glorious Nation Of Kazakhstan
The Devil Wears Prada
Dreamgirls
Little Miss Sunshine
Thank You For Smoking


Petite préférence pour Little Miss Sunshine à priori, maiiiiiis...

Best Performance by an Actress in a Motion Picture - Musical or Comedy

Annette Bening – Running With Scissors
Toni Collette – Little Miss Sunshine
Beyoncé Knowles – Dreamgirls
Meryl Streep – The Devil Wears Prada
Renée Zellweger – Miss Potter

Rien à dire de plus je crois.

Best Performance by an Actor in a Motion Picture - Musical Or Comedy

Sacha Cohen – Borat: Cultural Learnings Of America For Make Benefit Glorious Nation Of Kazakhstan
Johnny Depp – Pirates Of The Caribbean: Dead Man's Chest
Aaron Eckhart – Thank You For Smoking
Chiwetel Ejiofor – Kinky Boots
Will Ferrell – Stranger Than Fiction

Etoile montante que j'apprends à connaître et à apprécier...

Best Performance by an Actress In A Supporting Role in a Motion Picture

Adriana Barraza – Babel
Cate Blanchett – Notes On A Scandal
Emily Blunt – The Devil Wears Prada
Jennifer Hudson – Dreamgirls
Rinko Kikuchi – Babel

Parce que Cate Blanchett, quoi.

Best Performance by an Actor In A Supporting Role in a Motion Picture

Ben Affleck – Hollywoodland
Eddie Murphy – Dreamgirls
Jack Nicholson – The Departed
Brad Pitt – Babel
Mark Wahlberg – The Departed

Excellent. Excellent. Depuis le temps que je dis que j'aime cet acteur... malheureusement il ne fera pas le poids face à Nicholson. Et en plus pour une fois que Brad Pitt se remet aux bons rôles...

Best Foreign Language Film

Apocalypto (United States)
Letters From Iwo Jima (Japan, United States)
The Lives Of Others (Germany)
Pan's Labyrinth (Mexico)
Volver (Spain)

J'ai tellement hâte de voir ce film... mais il paraît que le Labyrinthe est très bon aussi, alors...

Best Director - Motion Picture

Clint Eastwood – Flags Of Our Fathers
Clint Eastwood – Letters From Iwo Jima

Stephen Frears – The Queen
Alejandro Iñárritu – Babel
Martin Scorsese – The Departed

Ben... oui, que voulez-vous, on ne change pas...

Best Screenplay - Motion Picture

Babel
The Departed
Little Children
Notes On A Scandal
The Queen

Après une longue hésitation... mais par rapport à l'original (Infernal Affairs) le scénario a été compliqué et le film de Scorcese donne une véritable psychologie à chacun des personnages. L'un n'est plus seulement le miroir de l'autre, ils évoluent à part, différemment...

Best Original Score - Motion Picture

The Painted Veil
The Fountain

Babel
Nomad
The Da Vinci Code

Deux films qui me paraissent véritablement prometteurs... du point de vue de la musique aussi !!!

Best Television Series - Drama

24
Big Love
Grey's Anatomy
Heroes
Lost

Cha va être très serré (je suis en train de tomber dans 24 moi... et Grey's Anatomy est génial aussi...) mais cette série le mérite largement.

Best Performance by an Actress In A Television Series - Drama

Patricia Arquette – Medium
Edie Falco – The Sopranos
Evangeline Lilly – Lost
Ellen Pompeo – Grey's Anatomy
Kyra Sedgwick – The Closer

Mine de rien, ce n'est pas un rôle si facile à jouer...

Best Performance by an Actor In A Television Series - Drama

Patrick Dempsey – Grey's Anatomy
Michael Hall – Dexter
Hugh Laurie – House
Bill Paxton – Big Love
Kiefer Sutherland – 24

Comment hésiter une seule seconde ? Jack Bauer, mon nouveau choupi en chef ! Un choupi survivor, mais quand même !!!

Best Television Series - Musical Or Comedy

Desperate Housewives
Entourage
The Office
Ugly Betty
Weeds

J'ai beau ne pas avoir encore vu la série (veux, mais en VO !!!), pas besoin de se creuser la tête trop souvent pour savoir qu'elle va l'avoir, son Golden Globe...

Best Performance by an Actress In A Television Series - Musical Or Comedy

Marcia Cross – Desperate Housewives

America Ferrera – Ugly Betty
Felicity Huffman – Desperate Housewives
Julia Louis-Dreyfus – The New Adventures Of Old Christine
Mary-Louise Parker – Weeds

A mon avis, oui.

Best Performance by an Actor In A Television Series - Musical Or Comedy

Alec Baldwin – 30 Rock
Zach Braff – Scrubs
Steve Carell – The Office
Jason Lee – My Name Is Earl
Tony Shalhoub – Monk

Parce que Zach Braff chouchou de moi et je hais M6 qui diffuse cette série génialissime bien trop tard.

23:47 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinema |  Facebook |

Trois Enterrements

Pas d'affollement, ce n'est que le titre du premier film de Tommy Lee Jones, que je viens de voir. D'où petite critique.

Je connaissais bien Tommy Lee Jones en tant qu'acteur, j'avais donc envie de voir ce qu'il pouvait bien faire de l'autre côté de la caméra. Le résultat est un assez bon film, avec une histoire prometteuse (Pete, bouleversé par la mort de son meilleur ami, le venge en embarquant son "meurtrier" dans un voyage vers le Mexique...), mais des lenteurs qui la gâchent un peu. Une très belle fin cependant, des personnages intéressants, d'excellents acteurs... vraiment, il n'y a que la lenteur, mais elle est lourde.


A part ça, je risque de faire très prochainement mon post habituel sur les Golden Globes : si ce n'est pas ce soir, ce sera sans doute avant la fin des vacances...

23:09 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

01/01/2007

Bon ben Bonne Année tout le monde !!!!

J'espère que tout le monde a passé un joyeux réveillon... et je vous souhaite tout plein de bonnes choses pour 2007...

bleach_yachiru


De mon côté, j'ai passé ce 31 Décembre chez Angie, avec Machan, Kaya et Kyû. Que du bonheur ! On a mangé des crèpes (^wwww^), regardé des clips, souhaité une "Bonne Année Nesquik" aux voisins de dessous en leur balançant ce que nous croyions être des Nesquiks... et qui étaient en fait des CHOCOS, comme Machan s'en est rendue compte ce matin. A force de zapper, on est tombées sur la "nuit des calendriers sexy". Plus exactement, sur un reportage concernant les calendriers des rugbymen. Après, c'était que des filles, mais on a continué à regarder pour critiquer... et pour critiquer, on est douées.

Aujourd'hui journée comatage, et là je suis rentrée chez mwa... bon ben 2007 commence, on verra bien...

20:11 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, delire |  Facebook |

30/12/2006

Flashes of Happiness

Je viens de passer trois-quatre jours chez Babel.


Quelques instants particulièrement marquants (pas forcément dans l'ordre) :


- Squattage du DDR seule, crevée au bout de trois chansons.

- Shyz qui découpe la pizza, avec les commentaires de tout le monde en prime.

- Babel m'a fait des badges Death Note *_____*

- Première petite distribution de cadeaux. Mach' m'a offert une petite peluche de chat avec les pattes magnétisée qui depuis squatte mon écharpe *____*

- Deuxième jour : y a du monde qui débarque. D'abord Mab, ensuite Machan et Yuki (pro du DDR), puis Mydaya et enfin Heera.

- entre temps, discussion films d'horreurs avec Sen, Céline et Mab qui tourne à la bataille de coussins. Pour ne plus me faire martyriser (le monde aime me poker), je deviens une couette.

- La vie d'une couette est particulièrement ereintante. Surtout que les couettes se font sans cesse martyriser, asseoir dessus, poker... eh nan, mon problème de pokage n'a pas été résolu avec ma transformation.

- Mab mute en couette aussi et nous sommes des couettes jusqu'à l'arrivée de Mydaya.

- Discussions très intéressantes.

- Distribution de cadeaux au sein de la Meute et... surprise ! Y en a un pour moi !!! Un carnet d'adresses !! Heera, je t'adore merciiii !!!

- Crise d'inspiration aigue. Une fic Death Note, deux Resident Evil 4, une Prince of Tennis.

- Resident Evil 4 : Machan y joue. Dans le labo avec les zombies pas bôs. Un zombie au détour d'un couloir, qu'on avait pas entendu : Machan hurle.

- On se détraumatise en jouant au DDR jusque 3h30 du matin pour moi. Je m'endors sur le canapé. Machan et Babel insistent pour que j'aille me coucher, je vais donc continuer de dormir dans la chambre.

- Tôt le matin je me réveille à temps pour voir Mab, Shyz, Sen et Céline partir. Mab me souhaite une "bonne couettisation", à moins que je ne l'ai rêvé.

- Journée d'aujourd'hui passée à ne rien foutre. Je regarde Babel jouer à Dirge Of Cerberus. Je lis "Audition", manwha sympa mais je n'aime pas les dessins. Je continue un peu de lire "The Age of Innocence" d'Edith Warhol. Je rentre chez moi, voilà.


Que du bonheur, quoi...


ep7trc3

19:48 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, delire, fanwork |  Facebook |

27/12/2006

Dark's Twelve avance, Katerine m'étonne et Jarvis Cocker est flippant

... tout ça pour dire que je vais raconter ma journée d'hier ^w^

Bond regarde la webcam ; James sest rendormi.


Matin, écriture de Dark's Twelve. Cha avance bien ! Par contre je ne mettrai ma fic sur Fanfiction.Net qu'une fois complètement terminée : je passe mon temps à revenir sur les chapitres précédents... même si ça devrait être bon maintenant, je préfère attendre au cas où. Par contre si quelqu'un voulait bien me faire la béta des 5-6 premiers chapitres, ce serait sympa... merciiiii ^w^


Dark_carte


Le soir j'ai écouté la Black Session de Katerine chez Lenoir sur France Inter... j'aimais bien mais pas plus que ça, j'ai été très étonnée... en fait c'étaot assez génial, quoi.

J'ai écrit un peu sur Death Note pour Suki, le fanzine de Machan, puis dodo en écoutant mon CD "His & Hers" de Pulp. Eh ben... Jarvis, quand il veut, il fait peur. Disons que c'est pas le truc le plus rassurant à écouter en temps normal. Mais là, sachant que j'avais vu la bande annonce de The Grudge 2 la veille... quand môssieur Jarvis Cocker prend une voix très grave et me fait le râle de The Grudge... ben y a une Mélie qui est encore moins rassurée.

Brrrrr....

11:00 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : new, fanwork, chats, musique |  Facebook |

26/12/2006

Ready for 2007 !

Après avoir changé le layout de mon blog il y a quelque mois, me suis attaquée à celui de mon LJ... à voir ici !

Mon LJ

Petit récapitulatif de toutes mes icônes, parce que na veux m'amuser...
















16:12 Écrit par M dans Fanwork | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, icones |  Facebook |

Nouwel

Bon, la plupart des lutineries sont envoyées, j'ai encore quelques cadôs à aller chercher demain avec Machan, mais j'ai le plus important. Ouf.

La veille de nouwel c'est très bien passée, même si c'était un peu tristounet. Mes grands parents étaient contents de leurs cadeaux (le DVD de Joyeux Noël pour ma Nany, le livre "Carton Jaune" de Nick Hornby pour mon Papy, livre que je conseille à tous ceux qui cherchent quoi offrir à des fanas de foot) et moi des miens (des livres, quelques vêtements et de quoi faire du thé par mes grands-parents, "East of Eden" par Nelja... merci Neljaaaaaa), on a mangé (normal) et c'était très bon (normal),on a regardé Joyeux Noël (normal) et j'ai fini la soirée avec quelques chapitres de Death Note.

1109034936163

Note à ce sujet : lire Death Note avec en fond sonore "You Know My Name" de Chris Cornell (générique de Casino Royale) a quelque chose d'exceptionnellement... euh... c'est fort en tout cas.

14:26 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : news, death note |  Facebook |

24/12/2006

I Wish You A Merry Christmas !!!

Un peu en avance, mais bon, tant pis !!!Joyeux Nouwel tout le monde !!!

14:59 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/12/2006

Et on continue : musique à présent !

B-yuki-54Mes dernières découvertes musique :

Jarvis Cocker : Pas vraiment une découverte, mais j'ai acheté le CD le jour de sa sortie et je ne le regrette pas. Ce n'est plus Pulp, bien sûr, c'est plus adulte, mais... c'est très très très bien quand même.

Fountains of Wayne : je nomme "I Want An Alien for Christmas" chanson de Noël du siècle. Ce groupe est très, très fort, surtout dans leurs textes.

The Long Blondes : Excellent groupe de filles (aucune n'est blonde), gros buzz du moment. Vraiment très fortes.

Tom McRae : Une superbe voix et des textes magnifiques, que demander de plus ?

Jay-Jay Johanson : Même remarque que pour Tom McRae.

The Shins : Groupe qu'écoute Natalie Portman dans Garden State. Je dirais bien qu'ils sont excellents dans les textes comme dans la musique, mais j'aurais l'impression de me répéter.


Sinon je persiste dans mes obsessions précédentes, telles Pulp ou Divine Comedy sans oublier The Pipettes ou Vincent Delerm...

015 016.

Et dans un tout autre registre j'ai vu il y a quelques semaines le concert de Susheela Raman, dans le cadre de ce fameux projet "scolaire". Une découverte pour moi, et une belle : des chansons tantôt en anglais, tantôt en... indien ? Ca se dit ? Bref, de belles chansons, même quand on n'y connaît rien. Un peu répétitif parfois, mais ce n'est pas trop grave. Je ne vois pas grand chose d'autre à dire sur le sujet, mais j'y reviendrai !!!

11:56 Écrit par M dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, concert |  Facebook |

Casino Royale !!!!!!!!!!!!!

casinoroyalephoto7mj8


J'y suis allée !!! Le jour de la sortie officielle en France, le 22 Novembre. Normalement j'aurais du y aller plus tard, mais j'avais passé un mauvais après-midi, rendez-vous désagréable... j'en sors avec un coup de tête : "Papy, Nany... je peux aller au ciné ce soir ?????"

Et j'y suis allée.


Premièrement, Craig. Craig, Craig, Craig... excellent, y a pas à dire. Certes, un peu brutus (ça se voit dès le début : méchant super agile qui passe à travers petite ouverture dans un mur, Bond qui traverse le mur), mais plus humain. Certes, blond, mais le Bond de Fleming n'a-t-il pas une cicatrice au visage que personne n'a jamais vue dans les films ? Et puis... Craig joue bien, très bien. Certes, ce n'est pas Timothy Dalton, qui lui représente véritablement Bond à mes yeux, mais... dans la liste de mes Bond préférés, il arrive juste derrière (le suivent Lazenby et Brosnan, je n'ai pas encore eu la chance de voir Sean Connery dans le rôle.... shame on me).

Par rapport au roman : le film est plus une re-création du roman de Fleming qu'une adaptation, mais il est quand même très, très bon. La partie de poker qui me faisait si peur (c'est du baccarat dans le roman) est finalement très bien menée, et le destin de Vesper Lynd est pas trop mal, même si j'aurais bien aimé qu'ils gardent celui du roman. Les nouveaux personnages jouent les figurants, mais Dimitrios a tout de même quelque chose d'intéressant... son nom, et sa fin. Amateurs de grands romans d'espionnage, lisez Le Masque de Dimitrios, d'Eric Ambler, et vous comprendrez.

Bonne surprise : Le Chiffre n'est pas petit, n'est pas gros, n'est pas myope, mais il est quand même asthmatique et lâche. Bref, un peu trop classeux et pas vraiment comme celui du roman, mais juste assez pour que je l'aime bien quand même. Et c'est toujours mieux que la lavette de Die Another Day qui hurle pour un petit coup d'épée sur la main !! (non, je n'ai décidément pas aimé la manière dont a été tournée la scène d'escrime).

Quant aux autres Bond Girls... Solange se la joue trop (mais j'adore la scène du hamac) et Valenka est transparente (sa seule réplique : "désolée chéri"), Eva Green joue plutôt bien et a la chance de bénéficier d'un des rôles les plus intéressants dans la série, mais si j'aime le personnage, je n'aime décidément pas l'actrice. Je sais pas, c'est viral. Et ne me dîtes pas que je hais toutes les Bond Girls : je suis fan de Gala Grant (roman Moonraker) et de celle de Licence To Kill. Et ne me dîtes pas que je hais toutes les actrices qui jouent des Bond Girls : j'ai un gros faible pour Diana Rigg (OHMSS) et j'adore Marraine Maryam d'Abo.

Que dire de plus maintenant, sinon que j'ai vraiment passé un bon moment ! Si, je pourrais préciser que le générique est génial, la chanson extra, Craig excellent (déjà dit ? beuh...) et que je veuuuuux voir le prochain !!!!!!!!!!!!!


casinoroyalecapturetrailerdoucheis5

11:26 Écrit par M dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinema, james bond |  Facebook |

J'ai du retard moi...

... ce qui explique que je vais probablement faire plusieurs posts à la suite !
Tout d'abord donc ce post un peu général, récapitulatif on dira...



Quelques nouvelles des bébés chats

Bond04 - 3 semaines

Petite photo de Bond prise hier matin... eh oui il a de bôs yeux !!! Les bébés ont maintenant trois semaines et c'est fou ce qu'ils ont grandi !!!!

Hier soir j'ai regardé On Her Majesty Secret Services avec bébé James endormi sur moi... le film dure quand même plus de deux heures, eh bien il est resté là tout ce temps !! Et au début j'avais aussi Bond sur l'autre épaule, Vaughan sur le ventre (lourd....) et Aramis à côté de moi ! Bien entourée la Mélie !

Quant au film en lui-même, je n'ai pas été déçue ! Il suit globalement bien le roman, et la fin... la fin quoi. Bref, une excellente adaptation et un excellent Bond, mon préféré jusque maintenant. George Lazenby manque peut-être de classe selon certain, mais moi je le trouve pas mal, même si pas très beau.

Ce qui m'amène à dire que j'ai vu Casino Royale il y a quelques semaines... mais j'en ferai une critique détaillée dans un prochain post!!!


18669861



Lycée

Lycée, le lycée... ben je m'en sors plutôt bien. Encouragements pour ce premier trimestre de terminale, je suis plutôt contente ! Et mes profs disent tous que je peux réussir en prépa... alors tant mieux !!

Par contre il y a des moments où je ne supporte vraiment pas ma classe. Bande d'imbéciles agités immatures ! Certes, individuellement, ils sont gentils, très gentils même, mais dès qu'on en rassemble deux ou trois... quel bazar ! Il y a des jours où ça passe, et d'autres où j'ai envie de me transformer en mass murderer. Mais bon, ça fait pas très bien de commencer si jeune alors...

Le projet "chroniques musicales" avance, on a rencontré Charles Berberian, dessinateur et musicien occasionnel, dont je suis, bien évidemment, fan depuis quelques mois (je suis fan de beaucoup de choses depuis quelques mois). Une rencontre aussi intéressante que promis : Berberian a une culture extraordinaire !!



Retour à James Bond : cet après-midi je vais à l'assemblée générale du club, ça va être très fun je pense ! Bon bien sûr je ne connais personne, mais bon déjà je ne suis pas malade comme la dernière fois et je vais tenter de prendre sur moi pour ne pas rester dans mon coin...



C'est tout pour ce post... rendez-vous aux suivants !!

_DB_L-E__Tsubasa_Chronicle_02__B2DE35B9_ 117_0001

11:06 Écrit par M dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chats, news, cinema, lycee, james bond |  Facebook |